Fondation et alumni de Polytechnique Montréal

Édition 2020

Lauréates et lauréats 2019-2020 : (par ordre alphabétique)

Lusine Arutyunyan

LUSINE ARUTYUNYAN Cette finissante en génie biomédical et mordue de l’innovation aime pousser les limites des technologies grâce à ses diverses implications. On peut d’abord le constater de par son engagement au sein de Projet PC2, un organisme étudiant avec lequel elle a donné une seconde vie à du matériel informatique et médical pour des pays en développement. Son souci de réduire le gaspillage s’est ensuite poursuivi avec les RepairCafés, durant lesquels elle a été réparatrice bénévole. Lusine s’est aussi jointe à la société technique MÉTIS, pour laquelle elle a notamment développé un exosquelette motorisé pour le bras d’un enfant ayant des difficultés neuro-motrices. Le cœur sur la main, elle s’implique simultanément auprès d’un organisme communautaire venant en aide aux gens dans le besoin du quartier Hochelaga Maisonneuve ainsi que pour le Tour de l’île de Montréal en tant que secouriste.

Yann Blanchard

Yann Blanchard Le parcours universitaire de ce finissant en génie civil a décidément été sous le signe de l’implication étudiante. Après s’être impliqué au sein du comité étudiant de son programme de génie, il a été vice-président interne puis président de l’Association Étudiante de Polytechnique. Cette expérience enrichissante lui a permis de contribuer activement à plusieurs dossiers ayant eu des retombées importantes sur la communauté polytechnicienne, tel que la mise en place d’un règlement offrant la possibilité de réaliser un baccalauréat à temps partiel et le développement d'un plan d'affaire d'économie sociale pour les services alimentaires de Polytechnique. Yann a d’autant plus participé à réaliser un défi technique exceptionnel, soit d’intégrer une voiture de métro MR-63 dans les pavillons Lassonde avec le comité Station Polytechnique. Passionné par l’aménagement fonctionnel du territoire urbain, il souhaite contribuer à forger les villes durables de demain.

Philippe Bourdeau-Allard

PHILIPPE BOURDEAU-ALLARD En plus d’être un adepte de piano classique, ce finissant en génie physique possède un intérêt marqué pour les enjeux économiques et énergétiques internationaux. Il entamera une maîtrise en ingénierie et analyse des données dans le but de contribuer à l’optimisation de la production des énergies renouvelables. Il s’investit notamment au sein de Poly-Monde, un comité étudiant ayant pour objectif d’identifier les meilleures pratiques des milieux industriels et d’affaires d’ici et d’ailleurs. Après avoir participé à la mission au Japon l’année dernière en tant que membre de l’équipe de financement, il est maintenant le coordonnateur de la mission 2020 en Norvège et en Islande. Ayant à cœur l’inclusion et la diversité, il a contribué à démystifier la réalité́ de la communauté LGBTQ+ de Polytechnique Montréal en réalisant une vidéo avec le comité PolyOut.

Florent Delforge

Florent Delforge Ce finissant en génie biomédical sait prouver qu’on peut allier compétences techniques et artistiques. Véritable passionné du design, cet intérêt a su bonifier toutes ses implications étudiantes. En s’engageant auprès du Comité des Étudiants en Génie Biomédical, de la Société technique MÉTIS et du comité Poly-Monde, il a laissé une trace indélébile en créant leur nouvelle identité visuelle. En cumulant les expériences extracurriculaires, Florent a développé un intérêt marqué pour la gestion d’équipes, domaine vers lequel il souhaite orienter sa carrière. Il a notamment débuté une maîtrise en gestion à HEC Montréal. Mais n’oublions pas que cet étudiant ouvert sur le monde est aussi hautement créatif! Il aspire donc, un jour, à poursuivre ses études en design et innovation à la Technical University of Danemark. En alliant ce domaine d’études à ses autres diplômes, il souhaite devenir gestionnaire d’équipe en design de produits médicaux.

Simon Grenier Landry

Simon Grenier Landry Ce finissant en génie industriel a le vent dans les voiles et vous comprendrez pourquoi! Durant son parcours académique, il s’est impliqué auprès du comité PolyVoile, dont la mission est de promouvoir la voile récréative et compétitive auprès de la population universitaire. Il a notamment participé, pendant trois ans, aux compétitions du Circuit Interuniversitaire Canadien de Voile en tant qu’athlète. Il a également créé le Club nautique de Saint-Donat, un organisme dont il est présentement le directeur général. Mais bien entendu, Simon ne se contente pas de « surfer sur la vague »! Il possède un esprit innovateur et s’intéresse à l’entrepreneuriat. Dès cet été, il joindra les rangs d’une jeune start-up œuvrant dans le domaine de l’économie de partage. Par la suite, il vise à créer sa propre entreprise. Simon naviguera certainement vers le succès!

Sébastien Hally

Sébastien Hally Ce finissant en génie industriel se dirige vers une carrière prometteuse, qu’il débutera au sein d’une prestigieuse firme de consultation en gestion. Il a découvert cet univers grâce au Comité de Consultation en Gestion de Polytechnique, pour lequel il a dirigé une équipe de gestionnaires de projets. Également, il a remporté diverses compétitions d’études de cas stratégiques durant son parcours. Sébastien a aussi réalisé d’intéressants projets à l’international. Dès sa deuxième année de baccalauréat, il a participé à un échange étudiant d’un an en Afrique du Sud. À son retour, il a été membre de l’équipe logistique de la mission Poly-Monde 2018 en Inde, puis a agi à titre de responsable de l’équipe financement de la mission Poly-Monde 2019 au Japon. Ayant le souci de donner au suivant, il a été un mentor bénévole du programme MAP1, une expérience humaine enrichissante qui lui a permis d’accompagner et guider une nouvelle étudiante en année préparatoire.

Sébastien Labine

Sébastien Labine À en croire ses ambitions, le nom Sébastien Labine en est un qui sera connu internationalement dans les prochaines années. Ce finissant en génie logiciel mordu des finances, des technologies et de l’entrepreneuriat, aspire à bâtir une entreprise de renommée mondiale. Il possède déjà sa propre start up, « Smartbills », qui vise à éliminer la facture papier en la distribuant automatiquement en ligne. En 2018, Sébastien a été reconnu par la Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman comme étant l’un des 25 entrepreneurs les plus prometteurs au Québec. Soucieux de former la relève en entrepreneuriat, il transmet son expérience d’étudiant entrepreneur à chaque opportunité. Il s’est aussi impliqué en tant qu’ambassadeur « Meet the future » de la Factry, un groupe de 30 jeunes idéalistes, bâtisseurs, leaders et créateurs de demain.

Marianne Lado-Roy

Marianne Lado-Roy Cette finissante en génie physique est décidément l’ambassadrice par excellence de son programme d’études. Depuis le début de son parcours polytechnicien, elle est membre active du Comité étudiant de génie physique, dont elle est maintenant la directrice. Elle est d’autant plus la cofondatrice et directrice de la revue de vulgarisation Spectra, dont la mission est de valoriser les réalisations et la recherche faites au sein du département de génie physique. Marianne accorde une grande importance à la présence des femmes dans le domaine du génie physique, c’est pourquoi elle s’est impliquée bénévolement auprès de l’organisme Les Scientifines ainsi qu’au sein de la Chaire pour les femmes en sciences et en génie. Ainsi, cette passionnée de recherche a permis à des jeunes filles de développer un intérêt marqué pour le génie physique et a contribué à créer la relève féminine de demain.

Hélène Papillon Laroche

Hélène Papillon Laroche Cette finissante en génie aérospatial saurait vous épater avec sa moyenne cumulative exceptionnelle. Cela dit, le parcours remarquable de cette fanatique de sciences ne se limite pas à l’excellence académique. Après avoir fait deux stages de recherche en milieu universitaire, elle débute un programme de baccalauréat-maîtrise intégré en aérodynamique numérique. Durant son parcours académique, Hélène s’est impliquée auprès de la société technique Oronos, pour laquelle elle a conçu des parachutes adaptés à la fusée. Elle ne manque pas une occasion de transmettre sa passion pour les sciences, notamment en participant à des activités de découverte sur les fusées pour les jeunes, ou en étant ambassadrice de Polytechnique au Salon international de l’Aéronautique et de l’Espace de Paris-Le Bourget. Son objectif de carrière est d’ailleurs de devenir professeure en ingénierie.

Mathilde Pelletier

Mathilde Pelletier Depuis l’âge de 5 ans, cette finissante en génie civil est une athlète de Taekwondo. Sa passion pour cet art martial l’a amenée à arbitrer de nombreuses compétitions depuis l’adolescence et même à devenir administratrice du conseil d’administration de son association. Durant son parcours académique, Mathilde a développé un véritable coup cœur pour le domaine des transports, qu’elle aime allier à son autre champ d’intérêt, soit la programmation. Son objectif de carrière : faire une différence dans le domaine du transport en le rendant plus intelligent et surtout, plus durable. En effet, le développement durable est au cœur de ses préoccupations en tant que future ingénieure. Impliquée dans la communauté polytechnicienne, elle a également été mentor auprès d’une nouvelle étudiante avec le programme MAP1 ainsi qu’administratrice du conseil d’administration de l’Association étudiante de Polytechnique.

 

Thomas Rochefort Beaudoin

Thomas Rochefort Beaudoin C’est sa grande passion pour l’aviation qui a influencé le parcours remarquable de ce finissant en génie aérospatial. Notons qu’il a additionné à son cursus académique une formation complète de pilote privé qu’il a réalisée en parallèle à ses études d’ingénieur. Thomas s’est aussi impliqué au sein du Club de Vol à Voile de la région de Québec afin de promouvoir le vol en planeur auprès de la population, une alternative de vol plus écoresponsable. Ses valeurs axées sur le développement durable se sont aussi transposées dans son implication au sein du comité PolyFinances. En effet, il travaille sur la restructuration de la politique d’investissement du fonds étudiant afin de réduire considérablement l’impact environnemental du fonds et surtout, pour sensibiliser les étudiants aux répercussions que leurs décisions financières peuvent avoir sur la lutte contre les changements climatiques.